L’insuffisance rénale

L’INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE, C’EST QUOI ?

Votre néphrologue vous a annoncé que vous souffrez d’une insuffisance rénale chronique terminale. Quelles vont être pour vous les conséquences de ce diagnostic ?
Mieux comprendre ce qui se passe vous permettra de mieux appréhender l’avenir et d’être éclairé pour donner votre avis dans les choix thérapeutiques que vous proposera votre médecin.

À quoi servent les reins ?

Vos reins sont malades...

Les reins, organes en forme de haricot pesant environ 160g et situés de part et d’autre de la colonne vertébrale en dessous de la cage thoracique, jouent un rôle essentiel pour votre santé.
Ce sont les « filtres » de votre sang !

Les fonctions principales des reins sont d’éliminer en continu les toxines (provenant du métabolisme de votre corps et de la digestion des aliments), de réguler la quantité d’eau et des minéraux de votre organisme (c’est ce qui constitue l’urine). Ils contribuent également à la régulation de votre tension artérielle, à la production des globules rouges et de la vitamine D 1.
Progressivement vos reins ont perdu de leur efficacité. En particulier l’élimination des toxines et de l’excès d’eau ne se fait plus correctement.

Quelles sont les causes possibles de ma maladie ?

Causes et symptômes


Les symptômes de la maladie rénale sont multiples (fatigue, insomnie, manque d’appétit, nausées,…) et sont très variable d’un patient à l’autre. Certaines personnes peuvent ne ressentir aucun symptôme (maladie quelquefois qualifiée de « silencieuse »). Le diabète et l’hypertension sont les causes les plus fréquentes de l’insuffisance rénale. Par différents mécanismes, ces pathologies affectent les vaisseaux sanguins du rein et détériorent la partie fonctionnelle de l’organe. Les kystes rénaux et la présence d’une inflammation chronique sont également des causes possibles(2).

L’insuffisance rénale terminale n’est pas une maladie rare, mais sa prévalence augmente avec l’âge, notamment après 65 ans. En 2014 en France, le registre REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie)(3) indique que plus de 80 000 personnes étaient atteintes d’insuffisance rénale chronique (patients traités ou porteurs d’un greffon). La prévalence de cette maladie devrait encore augmenter dans les années à venir en raison du vieillissement de la population et de l’augmentation du diabète.

Quelles sont mes options de traitement ?

Le choix des traitements



Les fonctions d’épuration du rein sont vitales. Au stade terminal de l’insuffisance rénale, il est indispensable de suppléer ces fonctions par des traitements adaptés.
Trois grandes options peuvent vous êtes proposées : la transplantation rénale, la dialyse, ou bien un traitement conservateur.

• LA TRANSPLANTATION RÉNALE

C’est une intervention chirurgicale qui consiste à vous greffer un rein sain provenant d’un donneur (Personne en situation de coma dépassé ou bien personne vivante de votre famille). La compatibilité tissulaire doit être assurée dans le but de réduire le risque de rejet du greffon. Ce risque existe malgré tout et c’est pour cette raison qu’un traitement antirejet devra être prescrit. Il s’agit du traitement de choix qui permet au patient de mener une vie proche de la normale tout en nécessitant un traitement médicamenteux continu contraignant et non sans effet secondaire. Votre inscription sur une liste d’attente de greffe dépendra de votre état général. Elle est de la responsabilité de votre médecin(4).

• LA DIALYSE RÉNALE

Il s’agit de thérapies permettant d’assurer les fonctions d’épuration et de régulation du rein dans le but de débarrasser votre sang des toxines et de l’eau en excès et de réguler la teneur en minéraux. Deux grandes catégories de thérapies existent :

> La dialyse péritonéale :

Ce mode thérapeutique utilise une membrane naturelle, le péritoine, qui tapisse la paroi de l’abdomen. Cette membrane contient un grand nombre de vaisseaux sanguins. En contact avec un liquide de dialyse, introduit dans l’abdomen à l’aide d’un tube spécial (cathéter permanent), cette membrane agit comme un filtre pour débarrasser votre sang des déchets que vos reins ne sont plus capables d’éliminer. Cette technique, réalisée à domicile, peut être manuelle ou automatisée. En mode manuelle (dialyse péritonéale ambulatoire continue – CAPD), le liquide de dialyse est renouvelé 3 à 5 fois par jour dans l’abdomen à raison d’environ 30 minutes par cycle. Ce nombre dépend de différents facteurs propres à vous-même (âge, stade de la maladie rénale…).
En mode automatisé (dialyse péritonéale automatisée – APD), le renouvellement du liquide de dialyse est réalisé automatiquement par un appareil (le cycleur) relié à votre cathéter pendant la nuit. La durée du cycle est variable entre 8 et 12 heures(5).

> L’hémodialyse :

C’est aujourd’hui la technique la plus fréquemment utilisée. Elle consiste à réaliser une circulation extra-corporelle de votre sang (en générale à partir d’une zone de ponction appelée fistule artérioveineuse au niveau du bras) qui va être purifier en traversant un dispositif appelé dialyseur (« rein artificiel ») avant de vous être restitué.
A l’hôpital ou en centre de dialyse, l’hémodialyse est généralement pratiquée trois fois par semaine, la durée de chaque séance étant d’environ 4 heures.
Une alternative à l’hémodialyse en centre tri-hebdomadaire est l’hémodialyse quotidienne qui peut être effectuée à domicile (chapitre dédié)(6).

• LE TRAITEMENT CONSERVATEUR

Pendant une période qui peut être assez longue, l’insuffisance rénale n’induit pas de symptômes notables. Sa prise en charge nécessite un traitement médicamenteux. Au stade terminal, les symptômes apparaissent et de nombreuses complications peuvent survenir, entraînant un risque vital en l’absence de traitement de suppléance. Dans des cas très spécifiques et limités, un traitement conservateur médicamenteux peut être envisagé par votre médecin ayant pour but de limiter les complications de l’insuffisance rénale tout en respectant une certaine qualité de vie(7).

Un vrai choix de vie

La dialyse à domicile


Les innovations technologiques récentes (miniaturisation, absence de modification de l’installation, performances) permettent d’envisager l’hémodialyse à domicile comme une vraie option. Réalisée plus fréquemment (généralement quotidiennement) avec des séances plus courtes (2 heures ou 2 heures 30), l’hémodialyse quotidienne à domicile procure un avantage notable en termes de qualité de vie et de réduction des complications en particulier cardio-vasculaires.
Cette technique pourrait vous permettre d’envisager l’avenir de manière plus autonome, non rythmé par les contraintes de l’hémodialyse en centre (horaires imposés, déplacements, longueur des séances)(8).

(1) Vivre avec une maladie des reins », tome 1, 3ème édition, Lien,
(2) : Vivre avec une maladie des reins », tome 1, 3ème édition, Lien, M.Olmer et al, 2007, p. 22-43
(3) : Rapport annuel REIN 2015, 2016 p. 9
(4) : Transplantation rénale, chapitre 7 in « L’insuffisance rénale chronique, prévention et traitement », Lavoisier, P. Jungers et al, 2011, p. 255
(5) : Vivre avec une maladie des reins », tome 2, 3ème édition, Lien, M.Olmer et al, 2007, p. 9-26
(6) : Vivre avec une maladie des reins », tome 2, 3ème édition, Lien, M. Olmer et al, 2007, p. 27-40
(7) : Renal Replacement Therapy in the Elderly Population, J.R. Berger et al, Clin J Am Soc Nephrol. 2012 Jun;
(8) : Patients receiving frequent hemodialysis have better health-related quality of life compared to patients receiving conventional hemodialysis, A.X. Garg et al, Kidney International (2017) 91, 746–754

Votre néphrologue vous apporte son conseil

Votre médecin et votre néphrologue sont vos interlocuteurs privilégiés pour parler des traitements et apporter des réponses concernant votre maladie. N’hésitez pas à les contacter pour évoquer un traitement par hémodialyse quotidienne à domicile. Pour toute information concernant le moniteur S3 Physidia complétez le formulaire de contact en cliquant sur ce lien